Le vendredi 22 juillet 2022

Six idées pour faire revenir vos salariés en présentiel

Si une majorité des salariés pense que le retour au bureau est nécessaire pour la cohésion d’équipe, près de trois télétravailleurs sur quatre (74 %) déclarent ne pas vouloir y revenir comme avant selon un baromètre d’Opinion Way pour le cabinet Empreinte Humaine. Faire évoluer l'organisation du travail peut donc être une première réponse. Repasser au 100 % présentiel n’est pas sans risque face à des salariés dont les aspirations ont changé.

Dialoguer et encadrer le télétravail pour favoriser le retour en présentiel

Ouvrez le débat ! Les confinements en télétravail ont conduit chacun à repenser son rapport au travail, à hiérarchiser la place du travail dans sa vie, et souvent à souhaiter plus d’autonomie. Pourquoi ne pas lancer une enquête RH sur les attentes des salariés, le travail hybride, la QVT (qualité de vie au travail) puis diffuser les résultats. Cette démarche peut vous apporter de précieuses informations sur l’état d’esprit et les aspirations des uns et des autres.

Un nombre croissant d’entreprises a signé un nouvel accord de télétravail depuis les confinements. Le dispositif permet de clarifier le fonctionnement et d’instaurer une durée minimale de présence obligatoire pour tous ou adaptée aux différentes fonctions.

Ainsi chez TINGARI, le rythme est d’un à quatre jours de télétravail par semaine au siège (en accord avec le manager). Partout ailleurs, pour les conseillers dans les agences, il est d’une journée de télétravail, détaille Vincent Gossare, directeur des ressources humaines de l’entreprise.

Mieux prendre en compte le transport

Le transport jusqu’au lieu de travail est souvent générateur de fatigue, d’allongement des journées. Il peut aussi représenter un coût important pour les salariés motorisés. L’employeur peut prendre en charge l’intégralité des frais de transports en commun, mais aussi payer un forfait vélo, ou une indemnité kilométrique.

Il peut aussi être actif pour aider les salariés à organiser du covoiturage, proposer des navettes pour réduire le coût et les temps de transport ou encore délocaliser certaines réunions pour réduire le déplacement.

Réorganiser le travail et planifier des réunions en présentiel

Les confinements et le 100 % télétravail ont permis d’identifier pour chaque poste ce qui peut être fait à distance et en revanche ce qui nécessite d’être en présentiel. Etablir cette liste pour chaque fiche de poste peut permettre de mettre en avant des motifs de présence indiscutables.

Le but n’est pas que tout le monde revienne en même temps, mais que ceux qui ont besoin d’échanger se rencontrent régulièrement.

La planification des réunions qui justifie le retour au bureau doit en tenir compte !

Quant aux réunions en présentiel, elles peuvent s’accompagner de moments conviviaux et de repas comme des petit-déjeuners ou déjeuners, pour motiver les équipes.

De nouvelles attentes ont émergé et le bureau est davantage appelé à faire office de point de rencontres et d’échanges, que de lieu où travailler derrière un poste de travail individuel.

Confier des missions valorisantes nécessitant une présence sur site

Le travail hybride incite à développer de nouveaux modes de management, plus décentralisés. C’est aussi l’occasion de s’interroger sur la répartition des responsabilités.

Vous pouvez motiver vos salariés en les nommant référents sur des fonctions utiles et valorisantes comme par exemple, référent sécurité, qualité, harcèlement, handicap, voire formation.

Organiser des activités et des événements extra-professionnels

Réunir les collaborateurs lors de séminaires de travail ou autour d’activités extra-professionnelles permet à la fois de souder et solidifier les équipes, et de créer une motivation pour venir sur site.

Quelques exemples :

  • Séances de sport, ateliers (bien-être, bricolage…), dégustation de vin, foodtrucks…
  • Concerts, afterwork ou soirée, exposition, conférence
  • Débats ou activités en fonction du calendrier : journée de la femme, journée du handicap...

Pour la journée internationale des droits des femmes, voici d'ailleurs quelques bonnes idées à mettre en place.

La méthode forte : revenez ou démissionnez !

Comme a pu le faire Elon Musk, patron de Tesla, dans une note adressée par e-mail à ses salariés. "Toute personne qui souhaite faire du travail à distance doit être au bureau pour un minimum (et je dis bien un minimum) de 40 heures par semaine ou quitter Tesla", indique la note qui a circulé sur les réseaux sociaux. C’est une hypothèse risquée ! Le télétravail fait désormais partie des mœurs.

 

–––

Travail sur site ou travail à distance : tout est une question de coûts/bénéfices. Mais au vu des attentes des collaborateurs et des entreprises, le travail hybride semble inéluctable, à voir le rythme qui convient le mieux à l’entreprise et aux salariés.